dimanche 25 décembre 2016

"J'en r'vien ben" de la guerre


Elle a hérité du chanté-turluté de la Bolduc (un genre de scat) tout en ayant une carrière internationale. Elle peut aussi imiter des instruments avec sa bouche : c'est Jeanne d'Arc Charlebois

Sur son album "J'en r'viens ben" de la guerre paru en 1960, on retrouve plusieurs pièces qui ont visiblement été fait dans le cadre de la Seconde Guerre mondiale. La moitié des pièces font référence aux combats, au rationnement et à Hitler.
"As-tu vu la bombe, la bombe et puis la bombe, tous les japs en la voyant on crier ayoye moman" (As-tu vu la bombe)
"Jeanne d'Arc" devient un prénom populaire au Québec suite à la canonisation du personnage historique (la pucelle) en 1920. Jeanne d'Arc Charlebois est née la même année. Elle change son nom d'artiste pour Jeanne Darbois avant de partir en tournée en France dans les années 50, quelques années après Félix Leclerc. Elle devient une star. Elle ne reviendra au Québec qu'en 1972. 

Elle décède en 2001 à New York.

L'album est téléchargeable ici.

Jeanne d'Arc prend sa voix enfantine pour cette chanson sur Tarzan:



Elle a eu deux enfants avec le comédien Olivier Guimond. L'un d'eux est Richard Darbois, qui prête sa voix à de nombreux comédiens célèbres dans les doublages de film: Harrison Ford, Dan Aykroyd, Bill Murray, Arnold Schwarzenegger et même Sylvester Stallone.

Le sketch le plus célèbre d'Olivier Guimond est celui d'un soldat francophone montant la garde à l'entrée d'une maison cossue d'un anglophone de Westmount le jour de Noël. Ça a été enregistré pour le spectacle télévisé du nouvel an 1970, le Bye bye.



Il faut connaître le contexte du gag. 1970 c'est l'année de la Crise d'octobre. Dans l'objectif de stopper les 2-3 membres du FLQ tout en foutant la trouille à tout le monde, le gouvernement déclare la loi martiale et suspend les libertés. L'armée défile à Montréal et plus de 400 personnes sont arrêtées, dont la chanteuse Pauline Julien, son conjoint Gérald Godin, le poète Gaston Miron et le syndicaliste Michel Chartrand.

Ce vidéo démontre les talents de Jeanne d'Arc pour changer sa voix. Tourné en 1997, la grande dame revient sur sa carrière et imite le son des claquettes de Fred Aster avec sa bouche!

mercredi 21 décembre 2016

La maudite machine



Les patrons t'veulent pus
Tu vaux pus ben cher
Tes tout nu dans rue
Tes un gars fini
La maudite machine
Qui ta avalé
A marche en câline
Faudrait la casser
Faudrait la casser

mercredi 7 décembre 2016

Les collabos français au Canada

Robert Rumilly

L'émission 3600 secondes d'histoire consacre l'émission de cette semaine aux collaborateurs français ayant trouvé refuge au Canada après la Seconde Guerre mondiale.

Au Canada, les miliciens seront reçus à bras ouverts. En 1938 se forme un comité de soutien avec l'historien Robert Rumilly, le maire de Montréal Camilien Houde et les parlementaires Philippe Hamel et René Chaloult. Des gens de la droite conservatrice, nationaliste et réactionnaire. Monarchiste, même, dans le cas de l'intellectuel français d'extrême-droite Rumilly.

La presse sera aussi sensible à la cause des collabos. La mouvance clérico-nationaliste, selon l'historien Marc Bergère. Certains journaux comme l'Action Catholique ou le Montréal Matin et des groupes nationalistes comme la société Saint-Jean-Baptiste, la Ligne Nationale et la Ligue des Patriotes.

La partie la plus intéressante est lorsqu'ils commencent à parler de l'arrivée des collabos au Canada vers 28 minutes 45 secondes.

Vous pouvez écouter ça sur le site de 3600 secondes d'histoire.

Ou ici...



On peut trouver ça au 1165, avenue des Érables (La Cité-Limoilou)

Maison de Philippe Hamel, qui a aussi son bel épigraphe, 128, rue Sainte-Anne

lundi 5 décembre 2016

Comment dégommer les légendes du Refus global en un documentaire facile



Si d'aventure par masochisme ou par envie de vérité vous souhaitiez massacrer la vision romantique que vous pourriez avoir des signataires du Refus global, je vous suggère ce documentaire. En lieu et place de révolutionnaires, vous n'y trouverez que des vieillards séniles et très vaguement humains.

Il s'agit d'un film de Manon Barbeau, fille de Marcel Barbeau, l'un des signataires du Refus Global. Ce manifeste jetait le pavé dans la mare en gueulant "Au diable le goupillon et la tuque!", c'est à dire la religion et le nationalisme, en 1948, bien avant que les églises ne se vident dans les années dites de Révolution tranquille.

Les signataires paieront très cher cet affront à l'ordre dominant. Plusieurs perdront leur job ou s'enlèveront la vie.

Le documentaire met en vedette des acteurs du manifeste mais surtout leurs enfants, qui semblent tous avoir souffert d'une sorte de mauvais sort suite au lancement du manifeste. Ses auteurs voulaient la liberté d'atteindre le bonheur, leurs enfants n'auront même pas "la liberté de rechercher la liberté" (C'est Francois, le frère de Manon, qui le dit).

C'est toute une claque de voir ces figures mythiques se désintégrer sous nos yeux.

Le Refus global est un mouvement motivé par des idées libertaires. Inspiré par les écrits d'André Breton, Paul-Émile Borduas lance un groupe de peintres surréalistes, les automatistes, en 1947. Borduas, 20 ans plus agé que les autres, en sera le père spirituel.

Les automatistes flirtent avec plusieurs courants de pensées politiques pronant des changements révolutionnaires: le parti communiste, les trotskystes et les anarchistes.
"De tous ces courants de pensée économicaux-sociaux, c'est sans doute l'anarchisme qui m'apparut à moi le plus respirable" - Le poête Claude Gauvreau 
Ceci étant dit, si vous croyez que la recherche de votre liberté individuelle passe par la négation de la liberté de vos propres enfants, c'est qu'il y a deux ou trois trucs que vous avez manqué dans le grand manuel d'instruction de la vie.

Pour en savoir plus, lire Sur les traces de l'anarchisme au Québec ou alors La femme qui fuit, sur la vie de Suzanne Méloche, femme de Marcel Barbeau.

dimanche 27 novembre 2016

Mon ami Fidel



À l'occasion de la mort du commandante, savourons cette bizarrerie du parolier et mauvais comédien Robert Charlebois.

En 1976, l'artiste plus connu pour avoir lancé une brasserie artisanale et fait dans la chanson pop décide de se fendre d'un hommage qu'on pourrait qualifier de stalinien à Fidel Castro.

On est bien au dela de la chansonnette naïve de Jean Ferrat. On est carrément dans l'adoration béate, imaginez, "Il faudrait 1000 Fidel pour affronter le millénaire".

La dernière fois que j'ai vu Charlebois dans un écran, c'était dans le fameux vidéo au manoir en carton-pâte de la famille Desmarais

mercredi 23 novembre 2016

lundi 21 novembre 2016

Un recueil de chansons marxistes-léninistes pour toé


Jusqu'à la victoire finale, Chants de la Révolution, est un recueil de chants marxistes-léninistes produit par Théâtre Solidaire sortit en 1975.

Le Théâtre Solidaire existe depuis octobre 1973. Il est composé de membres de la Cellule Ouvrière Révolutionnaire (COR), de chômeurs, chomeuses, d'étudiants, d'étudiantes et de travailleuses et travailleurs.

En 1975 le groupe fusionnera avec 2 autres groupes pour faire la Ligue communiste puis le Parti communiste ouvrier (PCO). Le PCO existera un gros 4 ans. Parmi ses membres, on retrouvera notamment celui qui est devenu le champion des lock-outs, Pierre-Karl Péladeau.

Ce qui est le fun avec les groupes ML, c'est qu'il y a toujours trop de texte pour bien expliquer de comment de ce que c'est que ça parle la toune. D'un coup qu'on est complètement taré et qu'on ne comprend pas les paroles extrêmement subtiles et poétiques #not.

En plus des classiques (L'Internationale, la Jeune garde etc), on retrouve des pièces originales du Théâtre Solidaire. Les voici:
  • Travail, travail, travail et Chanson de la solidarité : Let's go for the dictature du prolétariat.
  • Chanson de Bou-Bou: Chanson sur le premier-ministre Bourassa et la Baie James.
  • Nous sommes des chauffeurs : Traite d'une tentative de syndicalisation chez les chauffeurs de taxi.
  • La lutte des femmes: La toune féministe de l'album. Il est entre autre question de l'avortement.
  • Ou il y a exploitation il y a toujours résistance : Portrait des grandes luttes ouvrières qui ont fait avancer l'histoire du Québec et du Canada.
  • A Québec Carton : Encore une histoire de grève dans une multinationale mais cette fois elle met aux prises les employés, les patrons et... des syndicats concurrents ou jaunes. 
  • La vie chère : Parce que l'austérité n'est pas une nouveauté, la chanson des années 70 fonctionne encore très bien dans le contexte actuel "Les bourgeois les cochons, se pactent la fraise en mangeant leur t-bone, en discutant de leurs investissements". Subtil et délicat comme on aime.
  • Coleco : C'est le nom d'une usine appartenant à une multinationale étasunienne. En 1975 c'est la grève se soldant par un échec pour les employés 3 mois plus tard.
  • Chanson de la United Aircraft: Bon tout le monde connait ce gros conflit la de 1974, non? Y'a même un album qui a été enregistré sur ce sujet.
  • Le monde en plein bouleversement: Chanson inspiré par les paroles de Teng Siao Ping, vice premier-ministre de Chine tsé veu dire.
S'il y a quelqu'un out there qui souhaite interpréter une de ces chansons je serais bien curieux de l'entendre.



Mettez la main sur le recueil ici.

Oui je le sais que c'est photographié tout croche.

samedi 19 novembre 2016

Votez Rhinocéros


Le Parti Rhinocéros du Canada est un parti politique canadien ayant existé de 1963 à 1993. Son fondateur est Jacques Ferron, médecin et écrivain aux sympathies socialistes et pacifistes.

En 78, Ferron laisse les rênes du parti à des comiques. C'est l'âge d'or du parti. Sa candidate la plus populaire est Sonia "Chatouille" Côté. Elle obtient un respectable 12,6 % des voix dans son comté.

Dans ce contexte il est logique que le parti décide de lancer un album de musique. Dans ce disque, vous pourrez entendre la pièce "La reine dufoyer" interprété par Chatouille et composé par René Lussier.

Si j'en juge par le peu d'information disponible sur la pochette, il s'agit d'un album réalisé pour les élections de 1979.

L'album Parti Rhinocéros est disponible ici.

Lussier fait de la musique actuelle depuis longtemps mais il est mieux connu pour son travail sur la bande sonore du Moulin à images et son album "Le trésor de la langue".

vendredi 26 août 2016

Médé, rat des champs


Quelle est l'organisation canadienne la plus ancienne? La compagnie de la Baie d'Hudson? La congrégation des soeurs Ursulines? Que nenni. L'organisation la plus ancienne serait une modeste ferme de Neuville travaillée par la famille Langlois depuis 1667. Toujours en activité, cette parcelle antique contient le meilleur maïs au monde.

Le chef actuel de la famille (11e génération) s'appelle Médé Langlois. Fier punk, il habite dans une roulotte ce qui, selon ses dires, l'empêche d'être fiché par l'État. Il fait partie du groupe de musique traditionnel Carotté et aussi d'un groupe hommage aux Ludwig Von 88, les Houlala. J'ai même une entrevue ici.

La Fabrique Culturelle lui consacre un vidéo.

jeudi 25 août 2016

Fais Faillite



« Êtes-vous tannés de vous réveiller au beau milieu de la nuit en panique, le poids de vos dettes qui vous hantent jusqu’à dans votre sommeil, le fardeau fiscal tourne vos rêves en cauchemars? Voulez-vous être heureux comme moi, toujours souriants, libre comme un oiseau?
Bien facile. Il y a juste cinq étapes à suivre. »

lundi 15 août 2016

Ludmila Zelkine, pionnière du rap québécois

La fille d'Alexandre, Ludmila Zelkine, serait-elle une pionnière du rap québécois?

C'est du moins ce qu'affirme Félix B. Desfossés, du blogue Vente de garage. Celui-ci a déniché plusieurs vieux enregistrements des débuts du rap québécois jusqu'à en faire une compilation. On y retrouve une pièce d'une certaine Blondie B qui ne serait nulle autre que Ludmila.
Blondie B rappait en français, en anglais et en russe, en 1984. Elle a enregistré ce démo dans les studios de CKGM où Mike Williams animait la première émission de radio hip-hop à Montréal. Preuve d'une présence francophone tôt dans la scène hip-hop de MTL, plus tôt que ce que l'histoire généralement admise raconte. - Rap aléatoire Qc: Disco-Piu, Brise-Dance et Watat-Beat 



Vous pouvez télécharger cette pièce ainsi que plusieurs autres dans une compilation de rap pas frais intitulé Rap aléatoire Qc.
Les MC de sexe féminin étaient très présentes dès les débuts du rap à Montréal. - Wavy Wanda, Baby Blue avec Peter King de l'émission Nite life : les débuts de l'histoire du rap au Québec
Selon Alexandre Zelkine, Ludmila habite en Floride depuis 18 ans et fait carrière dans les transports maritimes.

Ludmila accompagne son père dans la chanson Come away, Melinda de l'album Pessimiste.

mercredi 3 août 2016

Entrevue avec Alexandre Zelkine

Égoportrait, décembre 2015, A. Zelkine
Alexandre Zelkine est un grand auteur-compositeur-interprète.

jeudi 28 juillet 2016

Alexandre Zelkine, ce géant méconnu de la chanson

Mélangez la Russie, la France, le Québec et la Bolivie dans un grand mélangeur. Ajoutez un peu d'épices féministe et gauchiste. Saupoudrez de sonorités folkloriques et modernes. Faites reposez dans un peu d'humour et vous obtiendrez Alexandre Zelkine.

lundi 18 juillet 2016

Ça sonne comment, Prophets of Rage?

Alors que ce met branle aux États-Unis le spectacle de la convention républicaine et que la police demande de "suspendre la constitution temporairement" (plus précisément le 2e amendement sur le droit de porter une arme), un nouveau groupe fourbit ses armes. C'est Prophets of Rage.

Il est le résultat d'une improbable fusion de membres de Public Enemy, Cypress Hill et Rage Against the Machine.

Résultat? Ça sonne très Rage Against the Machine.



Le groupe existe depuis mai 2016 et prévoit un concert le jour même de la convention. Le groupe s'est formé en réaction à Donald Trump et le titre de leur tournée est "Make America Rage Again".

samedi 2 juillet 2016

Bolivie: un étrange ver d'oreille pour célébrer les 10 ans de la nationalisation du gaz



Pour vanter les vertus du socialisme au 21e siècle, ça prend des ados qui dansent, font la split, sautent, tournent et des selfies.

Dans ce vidéo sur les 10 ans de la nationalisation du gaz en Bolivie, on peut voir les sociétés d'État nationales : Boa (compagnie d'aviation), Entel (communication, un genre de Bell qui fabrique des smartphones), YPFB (pétrole) et il semble être question d'estricité aussi.

Pour vrai on croirait un autre pays. Elles se trouvent ou ces autoroutes immaculées? Et ces ados semblant ouverts sur le monde (l'une d'elle arbore le drapeau de l'Angleterre sur son t-shirt)?

C'est pas la Bolivie que je connais!

Traduction libre du refrain "Toutte est mieux avec la nationalisation, toutte est récupéré avec la nationalisation". Yeah.

jeudi 2 juin 2016

L'humour de combat d'Yvon Deschamps


Je pense que dans tout le débat Ward-Nantel, le pire argument de nos deux bozos a été de revendiquer l'héritage d'Yvon Deschamps.

Yvon Deschamps, je ne le connais pas beaucoup. Ce n'est pas de ma génération. La majorité de ses albums sont sur vyniles. Son premier album date de 1969.

N'empêche que lorsqu'on tend l'oreille à quelques uns de ses sketchs une évidence saute aux yeux: Ça n'a rien à voir avec Nantel. Même pas un peu.

Yvon Deschamps était un humoriste engagé. Pour le syndicalisme. Pour le féminisme. Contre les curés. Antiraciste. Pour l'indépendance du Québec, dans le temps que c'était un projet de gauche.

Deschamps est né à Saint-Henri (oui oui, le même quartier secoué par de vigoureuses actions anti-gentrification en ce moment). Il travaille à la discothèque de Radio-Canada. Il fait du théatre. Il a quelques échecs en tentant de lancer des restaurants puis rencontre Clémence Desrochers. C'est avec elle sur scène que Deschamps invente son personnage d'employé soumis à son "bon boss".

En 1968, Deschamps rejoint le Théâtre de Quat'Sous et monte un spectacle musical avec Louise Forestier et Robert Charlebois. C'est l'Osstidcho.

Pour son premier monologue, Deschamps s'inspire d'un spectacle du hippie Arlo Guthrie, le fils du protest-singer Woody. La gloire s'ensuit.

Deschamps est tout sauf racolleur. Il provoque des malaises épouvantables à son public. Un peu à la Andy Kaufman.
En 1972, j'ai cependant décidé d'écrire d'une autre façon et de faire des expériences plus théâtrales. Question de créer différentes émotions chez le public. Des malaises aussi. Je chicanais mes musiciens. Je faisais semblant d'avoir des trous de mémoire de cinq minutes. J'ai déjà fait partir les sprinklers (extincteurs automatiques) pendant un spectacle. Jusqu'au début des années 1980, je me disais qu'il fallait que j'aille le plus loin possible sur scène. Mon public est passé par tout. Il sortait de la salle la tête entre les jambes.
Bien honnêtement, l'humour d'Yvon Deschamps ressemble à de l'humour de combat.

Rien rien rien rien à voir avec Nantel et Ward.

Voici quelques exemples.

Cet album a été enregistré en mai 73 pendant la grande grève illégale du Front Intersyndical en 1972. Par solidarité avec les grévistes, Deschamps répond présent. Le show a eu lieu à Montréal et à Québec. Les 3 chefs syndicaux étaient alors en prison. Quand on parle de malaises monumentaux, écoutez ça.



Puis, peut-être un de ses sketchs les plus populaire, "les unions qu'ossa donne" enregistré en 1969.

Et celle-ci, Deschamps l'antifasciste.



Il semble que son oeuvre complète se retrouve sur Youtube. Ça vaut le détour. À une époque ou, comme on l'a vu, on pouvait provoquer l'hilarité avec des blagues homophobes, Deschamps dénonçait l'homophobie.

Respect, Deschamps.

dimanche 22 mai 2016

Les rires gras du bon vieux temps, les malaises d'aujourd'hui


L'actualité est pleine d'histoires d'humoristes se lamentant sur la liberté d'expression. En 2014, c'était Gab Roy avec sa lettre de sexe "hard" avec Mariloup Wolfe. En 2015, Jean-François Mercier fait une blague sur les femmes "habillées sexy" se faisant reluquer dans les bars. En 2016, Jeremi Gabriel poursuit Mike Ward pour ses blagues insultants son handicap. Aussi, Louis Morissette réclame le droit des blancs d'engager d'autres blancs pour faire des rôles de noirs (le scandale du blackface).

Récemment les humoristes Mike Ward et Guy Nantel nous on fait une autre démonstration. Les farceurs bourgeois réclamant le droit de faire des jokes dénigrant les lesbiennes, les handicapés et les juifs. Les assureurs du gala des Oliviers ayant refusé de couvrir leur mauvais sketch, le duo s'est mis à gueuler.

"On brime ma liberté d'expression". "On ne peut plus faire de blague en 2016, au Québec". "Dans le temps de RBO, c'était mieux". Les humoristes laissent ainsi entendre que la liberté d'expression aurait régressée.

Je vous l'assure, vous ne voulez pas revenir à l'humour "comme dans le temps". Tout simplement parce que réécouter ces vieux sketchs provoque de gros malaises. Parce qu'on y retrouve beaucoup de racisme et d'homophobie, entre autre.

Voici 3 exemples.


Ce sketch est tiré d'un spectacle de type cabaret (chansons et stand-up comiques). C'est enregistré live au Cochon borgne, à Montréal en 1964. Il s'agit d'un album très nationaliste comme vous pouvez constater en regardant la pochette. Outre ce sketch lamentable, on y retrouve une chanson dont le thème est la fierté de mourir pour la patrie. Vous voyez le genre.


Un sketch sur le racisme avec des jokes sur les noirs, les français, les étasuniens et les italiens. Le disque est sortit en 1970.



Celui-ci est sortit en 1972. Il contient un sketch sur des infirmiers en grève. Dans ce temps la on faisait zézayer les gais. Quelque chose qui ne se fait plus depuis, quoi, 20 ans?


Même avec leurs travers, les Cyniques surpassaient quand même l'humour de Ward et Nantel simplement parce qu'ils s'attaquaient à l'élite de la société: les curés, les politiciens et la police. Ils ont été des acteurs de la Révolution tranquille.

À l'opposé, Ward et Nantel réclament le droit de rire des plus mal pris de la classe populaire. Ils utilisent les pires préjugés de leur public pour se remplir les poches.

Tout ça pour dire que le monde change. The times they are a-changin' disait Bob Dylan. Le monde va simplement trop vite pour les réactionnaires.

L'humour doit déranger, pas nous conforter dans nos préjugés. Notez que le slogan du festival d'humour ComediHa! cette année est "éteignez votre cerveau".

La liberté ne recule pas, au contraire. Si la société n'accepte plus l'homophobie, c'est que la liberté progresse. La liberté n'est pas un bien individuel, mais quelque chose qui s'étend à l'infini à travers tous les êtres humains de la terre. Si on supprime une oppression, tout le monde devient plus libre.

vendredi 13 mai 2016

La vraie histoire des bucherons


Voila une émission passionnante de 3600 secondes d'histoire à CHYZ. Ça traite des camps de bucherons.

Soyez patient au début ça tourne autour du pot pas mal ça devient intéressant plus tard. On y apprend notamment que les bucherons étaient très bien nourris. Une tarte par jour par bucherons! On est loin des fèves au lard matin-midi-soir.

On couvre la vie quotidienne, la nourriture, les relations sociales, l'organisation du travail, les divers métiers, les représentation des bucherons dans la culture populaire. Il ne manque que des détails sur les salaires, les compagnies, les causes de frustrations... Mais il y a beaucoup de bon.

J'ajoute que les bucherons formaient un large membership au sein de syndicats révolutionnaires comme l'IWW ou l'OBU, notamment au Québec. J'imagine que les valeurs d'autonomie et de liberté, soulignées par l'experte dans l'entrevue, explique le pourquoi.

2016-05-11_3600-secondes-dhistoire_chyz943_7O5Xh.mp3

lundi 21 mars 2016

L’histoire des esclaves noirs et amérindiens au Québec



« Québec n’est pas encore fondée qu’on a la présence d’un Noir ici au Canada », explique le rappeur et historien Aly Ndiaye, alias Webster. On connaît l’existence de ce « Noir inconnu » parce que sa mort a été consignée dans le journal d’un des premiers notables de la colonie. Son histoire et celle de plusieurs autres Noirs du 17e au 19e siècle restent méconnues. Webster fait ici connaître quelques-uns d’entre eux, comme Olivier Le Jeune, le premier Africain résident permanent, premier esclave et premier étudiant de la colonie. Les esclaves étaient surtout amérindiens, note le conférencier. Les Noirs étaient confinés au travail domestique et symbolisaient le prestige de leurs maîtres.

Conférence organisée par la Société historique de Québec et enregistrée au monastère des Sœurs de Saint-Joseph de Saint-Vallier à Québec le 9 février 2016.

dimanche 17 janvier 2016

Steve Normandin sans travail


Hier soir je suis allé voir un spectacle de Steve Normandin. Grand auteur-compositeur-interprète. Grand joueur d'accordéon.

Grand collectionneur aussi. J'ai déjà entendu une émission à CKRL ou il avait fait une heure de musique entièrement au gramophone. Très impressionnant.

Grand francophile également, si on en juge par son large répertoire de chansons pas fraiches. Les premières chansons de son spectacle étaient dédiées à Montmartre. J'ai cru comprendre qu'il a une demeure en Bretagne.

Avec une mémoire d'éléphant à part ça. Pendant l'entracte on discutait et fouillez-moi pourquoi on s'est mis à parler de la Fréhel et de drogue. "Ah, tu connais le Tango stupéfiant?" que je lui fait. "Oui je pourrais la faire!" me répond-il.

Son interprétation était sans faille. Incroyable ça aussi.

Une pièce de sa sélection était "Sans travail" de la Bolduc. La Bolduc à perdu 9 de ses 13 enfants en bas âge.
Mais dans tout ça les plus affreux ce sont les cher p'tits malheureux 
Pas d'argent pour les faire soigner on finit par les enterrer


Pour en savoir plus sur ce grand monsieur, c'est sur Facebook que ça se passe.