dimanche 22 mai 2016

Les rires gras du bon vieux temps, les malaises d'aujourd'hui


L'actualité est pleine d'histoires d'humoristes se lamentant sur la liberté d'expression. En 2014, c'était Gab Roy avec sa lettre de sexe "hard" avec Mariloup Wolfe. En 2015, Jean-François Mercier fait une blague sur les femmes "habillées sexy" se faisant reluquer dans les bars. En 2016, Jeremi Gabriel poursuit Mike Ward pour ses blagues insultants son handicap. Aussi, Louis Morissette réclame le droit des blancs d'engager d'autres blancs pour faire des rôles de noirs (le scandale du blackface).

Récemment les humoristes Mike Ward et Guy Nantel nous on fait une autre démonstration. Les farceurs bourgeois réclamant le droit de faire des jokes dénigrant les lesbiennes, les handicapés et les juifs. Les assureurs du gala des Oliviers ayant refusé de couvrir leur mauvais sketch, le duo s'est mis à gueuler.

"On brime ma liberté d'expression". "On ne peut plus faire de blague en 2016, au Québec". "Dans le temps de RBO, c'était mieux". Les humoristes laissent ainsi entendre que la liberté d'expression aurait régressée.

Je vous l'assure, vous ne voulez pas revenir à l'humour "comme dans le temps". Tout simplement parce que réécouter ces vieux sketchs provoque de gros malaises. Parce qu'on y retrouve beaucoup de racisme et d'homophobie, entre autre.

Voici 3 exemples.


Ce sketch est tiré d'un spectacle de type cabaret (chansons et stand-up comiques). C'est enregistré live au Cochon borgne, à Montréal en 1964. Il s'agit d'un album très nationaliste comme vous pouvez constater en regardant la pochette. Outre ce sketch lamentable, on y retrouve une chanson dont le thème est la fierté de mourir pour la patrie. Vous voyez le genre.


Un sketch sur le racisme avec des jokes sur les noirs, les français, les étasuniens et les italiens. Le disque est sortit en 1970.



Celui-ci est sortit en 1972. Il contient un sketch sur des infirmiers en grève. Dans ce temps la on faisait zézayer les gais. Quelque chose qui ne se fait plus depuis, quoi, 20 ans?


Même avec leurs travers, les Cyniques surpassaient quand même l'humour de Ward et Nantel simplement parce qu'ils s'attaquaient à l'élite de la société: les curés, les politiciens et la police. Ils ont été des acteurs de la Révolution tranquille.

À l'opposé, Ward et Nantel réclament le droit de rire des plus mal pris de la classe populaire. Ils utilisent les pires préjugés de leur public pour se remplir les poches.

Tout ça pour dire que le monde change. The times they are a-changin' disait Bob Dylan. Le monde va simplement trop vite pour les réactionnaires.

L'humour doit déranger, pas nous conforter dans nos préjugés. Notez que le slogan du festival d'humour ComediHa! cette année est "éteignez votre cerveau".

La liberté ne recule pas, au contraire. Si la société n'accepte plus l'homophobie, c'est que la liberté progresse. La liberté n'est pas un bien individuel, mais quelque chose qui s'étend à l'infini à travers tous les êtres humains de la terre. Si on supprime une oppression, tout le monde devient plus libre.

Aucun commentaire: