lundi 15 août 2016

Ludmila Zelkine, pionnière du rap québécois

La fille d'Alexandre, Ludmila Zelkine, serait-elle une pionnière du rap québécois?

C'est du moins ce qu'affirme Félix B. Desfossés, du blogue Vente de garage. Celui-ci a déniché plusieurs vieux enregistrements des débuts du rap québécois jusqu'à en faire une compilation. On y retrouve une pièce d'une certaine Blondie B qui ne serait nulle autre que Ludmila.
Blondie B rappait en français, en anglais et en russe, en 1984. Elle a enregistré ce démo dans les studios de CKGM où Mike Williams animait la première émission de radio hip-hop à Montréal. Preuve d'une présence francophone tôt dans la scène hip-hop de MTL, plus tôt que ce que l'histoire généralement admise raconte. - Rap aléatoire Qc: Disco-Piu, Brise-Dance et Watat-Beat 



Vous pouvez télécharger cette pièce ainsi que plusieurs autres dans une compilation de rap pas frais intitulé Rap aléatoire Qc.
Les MC de sexe féminin étaient très présentes dès les débuts du rap à Montréal. - Wavy Wanda, Baby Blue avec Peter King de l'émission Nite life : les débuts de l'histoire du rap au Québec
Selon Alexandre Zelkine, Ludmila habite en Floride depuis 18 ans et fait carrière dans les transports maritimes.

Ludmila accompagne son père dans la chanson Come away, Melinda de l'album Pessimiste.

Aucun commentaire: